Rechercher
  • Steve - Ani'coach

Parlons de "l'agressivité" envers les congénères, humains etc.… ainsi que de l’image sociale. 🤔

Mon chien ou celui du voisin est agressif ! Il aboie comme un dingue et tire sur la laisse dès qu'il croise des gens, des chiens, des canards ou des licornes ! 😱

Bon pour les licornes on est hors-sujet, nous sommes d'accord sur ce point 😁. L'agressivité ? Est-ce vraiment le cas ? Nos chiens sont-ils agressifs au sens où nous l'entendons ? Veulent-ils agresser pour tuer, faire mal, causer des souffrances ? Une tête qui ne leur revient pas ?

Revenons sur un point fondamental déjà. La plupart des animaux ont beaucoup à perdre dans un conflit et ils le savent. Les conséquences pour leur survie en dépendent, par conséquent, il faut un véritable enjeu pour démarrer un conflit comme :

- Femelles

- Territoires

- Défendre ses petits

- Se nourrir


Nos chiens ne sont plus dans ces dimensions-là. Bonne nouvelle en fait ! 😁

Je vous invite à consulter mon autre article sur la dominance/soumission où je parle de la domestication et de tout ce que ne sont plus nos compagnons. https://www.anicoach.fr/post/parlons-bri%C3%A8vement-de-la-dominance-soumission

Ils ne sont pas agressifs ou méchants. C'est de l'interprétation humaine, concrètement, c'est quasi systématiquement lié à la PEUR.

Votre chien se fait le plus petit possible lorsque vous croisez de nouveaux humains ? Des animaux ? Ou bien, il devient un monstre sur quatre pattes lorsque vous croisez d’autres chiens ?

Dans les deux cas, votre chien est probablement effrayé. La grande majorité du temps, l’agressivité chez le chien provient d’un sentiment de peur. Il veut faire fuir ce qui est pour lui un danger alors il se transforme en intimidateur et ça fonctionne !


On entend de plus en plus parler de « chien réactif », terme assez peu employé il y a quelques années encore.


Ces chiens, qui se transforment en animaux enragés lorsqu’ils croisent des humains ou des congénères, étaient autrefois classifiés « dominants », « agressifs » ou « asociaux ». Le terme « réactif » est plus approprié car il fait référence à un comportement (réaction face à un stimulus) et non à une « personnalité ». Autant éviter d’enfermer un chien dans une case, surtout si l’on souhaite que son comportement change.


Comment le chien réactif s’exprime ? Par des aboiements, des grognements, des intimidations, une pilo-érection, des sauts, des gémissements mais aussi par des positions d’invitation au jeu ou, plus subtilement, par des signaux d’apaisement. Celui qui marque les esprits est bien sûr celui qui fait le plus de bruit et qui se déchaîne au bout de sa laisse.


Pourquoi un chien est-il (ou plutôt devient-il) réactif ? Cela peut être par manque de socialisation ou de familiarisation ou suite à un traumatisme (maltraitance, bagarre avec un autre chien, problèmes relationnels avec son propriétaire...). Dans ce cas, le chien exprime une peur 😱. Coincé au bout de sa laisse, sans possibilité de fuite, avec peu de recul possible, il voit s’approcher quelque chose qui l’effraye, il panique et tente de faire fuir « l’agresseur ».

Cela peut aussi être l’expression d’une frustration. Le chien n’est alors pas affolé, ni menaçant, il est en fait très énervé de ne pas pouvoir aller voir la personne ou l’animal qui l’intéresse.


La plupart des chiens réactifs sont rarement des chiens en liberté. La laisse exacerbe ce comportement en retenant le chien et en l'empêchant de fuir devant un "danger". Sans laisse ils sont plus apaisés car ils peuvent fuir ou garder une distance de sécurité. Ils ne ressentent pas votre tension au bout de la laisse ce qui est déterminant aussi 😉.


Mais qu'est ce qui rend votre chien peureux ?

La plupart du temps, ce qui fait qu’un chien est peureux est qu’il est incapable de prévenir son environnement, ou il le subit pleinement. Par exemple, un chien qui vit en campagne a davantage de chance de développer une peur des sons qu’un chien qui vit en ville, car dans la campagne les sons forts arrivent seulement une fois de temps et temps et sont en conséquence beaucoup moins prévisibles. Il existe diverses explications pour lesquelles un chien s’avère craintif :

· Une mauvaise socialisation

· Génétique

· Traumatismes

· Relation avec son propriétaire

· Besoin du chien non respecté


Suite à une mauvaise expérience, ce n’est pas parce qu’il n’y a pas de dommages physiques apparents sur votre chien qu’il n’y a pas de dommages psychologiques...


Peur, est-ce un problème comportemental ?

La peur est souvent la cause de plusieurs problèmes de comportement tels que les phobies, l’agressivité et les crises de panique.

Un chien, tout comme un humain, qui a peur a souvent des réactions spontanées et trop émotives.

Lorsque le niveau d’hormones de stress est trop élevé, c’est difficile, voire impossible de se calmer et d’arriver à réfléchir : c’est souvent l’équivalent de faire une crise de panique. Le stress causé par la peur fait diminuer le seuil de tolérance ainsi que les capacités d’apprentissage. Il est donc souvent impossible d’apprendre des nouvelles choses au chien qui vit dans la peur.

Les seules nouvelles connaissances qu’il retiendra parfaitement sont celles qu’il aura apprises via la fuite ou l’attaque… Et, c’est justement ce que nous voulons éviter.


Il faut bien différencier la peur de l'anxiété.

C’est essentiel de faire la différence entre l’anxiété et la peur ! Les deux se ressemblent toutefois énormément ! Ce sont des émotions négatives et intenses créées à cause d’une menace. Un chien qui vit de la peur ressentira l’urgence de s’enfuir d’une situation, de se défendre à cause d’une menace imminente. L’anxiété, toutefois, se décrit comme un sentiment plus diffus, un désagréable pressentiment. Avoir de l’anxiété, c’est un peu comme avoir peur d’avoir peur, c’est anticiper une peur qui pourrait survenir.

L’anxiété sert à anticiper des dangers plus ou moins réels, tandis que la peur est un mécanisme de défense envers des dangers bien présents. Et, bien entendu, peur et anxiété peuvent être ressenties en même temps !

L’anxiété peut mener votre chien à développer des troubles comme se lécher les pattes (jusqu'au sang parfois), courir après sa queue...

Quel choix à le chien pour gérer sa peur : Fuir ou faire face !

Un chien qui fait face à une situation alarmante choisira de fuir ou de faire face, cela dépend du contexte et cela peut être influencé par sa génétique. La plupart du temps et selon son niveau de tolérance et de domesticité, si votre compagnon ne peut pas fuir, il ira jusqu’à l’agression. Il ne faut pas catégoriser son chien comme agressif, car ce n’est pas une caractéristique de personnalité, mais simplement une réaction qu’il adopte face à certaines situations !


Que peut-on faire pour l'aider ou malgré nous renforcer la peur de notre chien ?

Si votre chien adopte des comportements agressifs lorsqu’il est en contact avec quelque chose qui lui fait peur, c’est important de ne pas le punir. Il associe ce qu’il ressent à ce qu’il voit : c’est-à-dire que s’il se fait punir physiquement lorsqu'il aboie après un autre chien pour le faire partir, il risque d’associer la douleur à la présence de l’autre chien (ou même à la vôtre). Vous risquerez alors de diminuer son seuil de tolérance et de déclencher une réaction agressive.

Peut-être, que si vous le punissez avec un « timing » incroyable vous arriverez à le faire arrêter d'aboyer. Toutefois, l’émotion sera toujours présente et votre chien risque de tomber en impuissance acquise ou pire encore, il cessera d’avertir et passera immédiatement à la morsure !

Punir un chien qui a peur et qui communique clairement son mal-être, c’est comme enlever le minuteur d’une bombe… On ne sait pas quand elle explosera !

Nous entendons souvent dire qu’en donnant des récompenses ou en rassurant notre chien lorsqu'il a peur nous la renforçons. En réalité, c’est impossible de renforcer la peur ! C'est une émotion, ceci est la différence que fera un bon comportementaliste et un éducateur canin sans formation (il n’y a aucun jugement, ce sont deux métiers distincts 😉).


Exemple :


Méthode positive et bienveillante face à un stimulis aversif :

Vous avez peur des araignées et chaque fois que vous en voyez une, on vous donne 1000€. En aurez-vous « plus peur » ? Vous risquez plutôt de faire une nouvelle association positive et d’avoir hâte de voir à nouveau des araignées ! Si les araignées apportaient une somme d'argent conséquente... nous serions quelques-uns à en faire élevage ! 😅😆 (personnellement même pour un gros montant je ne ferai pas d'élevage de ces bêtes-là 😨😨😨 ... je préfère nos boules de poils 🥰😜).


Méthode coercitive et sans tenir compte des émotions de l'animal :

Au contraire, imaginez à chaque fois que vous voyez une araignée et que vous criez, vous recevez un choc électrique, un coup de laisse ou on vous pend. En aurez-vous moins peur ? Probablement que vous allez simplement faire un maximum d’efforts pour ne plus crier, intérioriser votre peur… Mais vous aurez toujours peur de ces bestioles… Et probablement plus qu’avant !


Finalement est-il possible de permettre à son compagnon de retrouver un équilibre sans le mettre en souffrance ? La réponse est oui. Après, cela dépend de plein de facteur et de nos attentes. Dans certains cas on pourra diminuer le niveau de réactivité, d'autre cas réhabiliter le chien et le réconcilier avec ses peurs... Dans tous les cas les méthodes positives s'avèrent bien plus efficace et garantissent une évolution sur le long terme.


Un chien réactif, les conséquences d'un propriétaire...

La vie n’est pas facile pour le propriétaire de chien réactif.

Vous ne comprenez pas ou plus votre chien, c’est d’autant plus le cas lorsque le chien devient réactif et qu’il ne l’est pas depuis son arrivée dans le foyer. Le chien se transforme dès qu'il met son museau dehors. Est-il méchant ? Dominant ? Fou ? Il est difficile pour quelqu’un de ne pas comprendre son propre animal. C’est pour certains une souffrance et pour d’autre un aveu d’échec qui a du mal à passer.


L'image sociale... parlons-en 😎 ! Le propriétaire doit affronter le regard des autres. Dur ! L'idée que la plupart des gens se font d'un chien bien éduqué est un Médor qui écoute, n’aboie pas, reste au pied et ne vient pas vous renifler de trop près. Bah oui c'est connu, si on ne scolarise pas les chiens et les éduquons pas comme nous, c'est un choix et ce n’est pas parce nous sommes des humains dans une société HUMAINE 🤔😄.

Je le reconnais, ce n’est pas facile à vivre. Il y a les passants qui vous jettent des regards noirs, parfois agrémentés de remarques désobligeantes sur votre chien (« ce chien est con »), sur vous (« si vous n’êtes pas capable de tenir un chien, n’en prenez pas ! ») et sur l’éducation que vous lui avez donnée. Les propriétaires de chiens réactifs n’échapperont pas aux conseils divers et variés de gens issus ou non du milieu canin : lui donner une bonne trempe, utiliser un collier étrangleur ou électrique, le soumettre, ne pas le sortir etc.). Personne ne cherchera à savoir si votre chien aboie après le leur parce qu’il a été agressé et mordu par un chien errant deux mois plus tôt. Personne non plus ne s’imaginera que, peut-être, vous travaillez à sa rééducation depuis des semaines et que votre chien est bien moins réactif qu’il ne l’était au début.


Difficile lorsqu’on ne sait pas quoi faire avec tout les conseils contradictoires… Il est difficile aussi lorsque l’on nous conseille des démarches à suivre et qu’on s’entend dire à droite et à gauche qu’il faudrait faire autrement.


Durant les séances de rééducation, il faut avoir des yeux partout, surveiller les chiens ou les humains qui pourraient s’approcher trop près. Travailler dans des zones où cette surveillance est possible et où le chien aura une possibilité de recul. Les sorties avec son chien sont épuisantes.


Le niveau de réactivité et le seuil de tolérance face aux déclencheurs vont dépendre de beaucoup de facteurs, un bilan comportemental peut vous aider à y voir plus clair.


Propriétaire d’un chien craintif / réactif ? Voici quelques conseils :


1. Vous devez aider votre chien à se sentir en sécurité, lui laisser le temps de réfléchir et, si possible, ne pas le mettre dans une situation qui déclenche sa peur.

2. Il n’est pas en contrôle de ce qu’il fait lorsqu’il a peur (émotion).

3. Lui offrir plus d’exercice et plus de stimulation mentale l’aidera à avoir des réactions moins intenses.

4. Aidez-le à créer des associations positives par rapport à ce qui l’inquiète.

5. Il ne va pas passer à autre chose à moins que vous fassiez quelque chose pour l’aider.

6. Changer une émotion grâce à une nouvelle association.

7. Respecter sa zone de sécurité (seuil de déclenchement).

8. Que tous ses besoins soient comblés.

9. Trouver sa motivation.

10. Surtout… Respecter son rythme, c'est à vous de vous adapter à lui, être à l'écoute et avoir la bonne réponse.

Un article sur le sujet ne saurait se substituer à l’aide d’un professionnel diplômé en comportementalisme canin. Avec son aide ainsi que votre ambition à réhabiliter votre chien, vous pourrez décider ensemble du bon protocole de modification comportementale et ainsi arriver à des résultats concrets. Le tout en améliorant la confiance que votre chien a en vous et son environnement.

Les amis, aussi bons soient-ils, ne pourront vous conseiller qu’en se basant sur leur expérience personnelle et auront forcément une vision un peu biaisée et subjective. Ils ne sont pas formés et ce qui peut marcher sur un chien peut être un échec sur un autre. Il est important de cerner la problématique, le déclencheur et respecter l'individualité du chien.

Quant aux moniteurs des clubs canins SCC, ils n’ont, pour une grande majorité, aucune formation sur le comportement canin et n’ont pas les compétences pour gérer des rééducations. Ils n’en ont, la plupart du temps, pas non plus les moyens en termes d’espace ou de temps.


Je vous invite, si vous êtes dans le cas, à vous rapprocher d'un professionnel diplômé. Vous êtes en droit de demander nos méthodes, notre approche. Être un professionnel ne nous donne pas légitimité sur vous et votre compagnon. Nos méthodes peuvent différer et notre vision de la bienveillance et du positif sont subjectives (mais ça, c’est un autre débat 😉). Discuter, poser des questions, vous êtes décisionnaires de la manière dont va être gérée votre relation avec votre compagnon.


Je suis à votre disposition et serai ravi de pouvoir vous aider. En attendant, rien n'est une fatalité, il n'y a pas de magie, juste le fruit d'un travail et d'une collaboration pour retrouver une relation harmonieuse avec votre compagnon.


Suivez-moi : Facebook : https://www.facebook.com/SteveAniCoach

Instagram : https://www.instagram.com/anicoach_comportementaliste/

Site internet : https://www.anicoach.fr/


Steve, Ani'Coach, Coach en relation Homme Chien & Chat.


Basé sur différentes sources et mon expérience. Notamment Mélie Payette & Simonne Raffa

458 vues0 commentaire